top of page

"The Hours" - Le mélodrame des âmes tourmentées

Dernière mise à jour : 21 janv.



"The Hours", c'est l'évocation cinématographique de trois époques, de trois femmes liées par le fil fragile et résistant de la littérature de Virginia Woolf. C'est un film que je revisite dans les moments de mélancolie, non seulement pour la performance transcendante des actrices mais aussi pour la résonance émotionnelle qu'il suscite en moi.

Le film entrelace les vies de trois femmes : Virginia Woolf elle-même, interprétée par une Nicole Kidman méconnaissable et prodigieuse, qui lutte contre la dépression et la création de son roman "Mrs. Dalloway"; Laura Brown, une femme au foyer des années 50 incarnée avec une subtilité désarmante par Julianne Moore, qui trouve un échappatoire dans la lecture de Woolf ; et Clarissa Vaughan, surnommée "Mrs. Dalloway" par son ami poète mourant, jouée par Meryl Streep, qui cherche un sens à sa vie moderne new-yorkaise.

Chaque histoire est un écho des autres, un miroir des douleurs et des joies, des espoirs et des regrets. La souffrance de Woolf est palpable, presque insoutenable. Voir cette grande esprit lutter contre des vagues de désespoir est une expérience qui déchire l'âme, surtout pour ceux d'entre nous qui trouvent un écho à notre propre douleur dans ses mots.

"The Hours" est un film sur la douleur et le pouvoir de la littérature, sur le poids des heures et la lumière éphémère des jours. Il est aussi sur la condition féminine, sur les rôles imposés et les libertés entravées. Le jeu des actrices est, sans conteste, exceptionnel. Elles incarnent avec une intensité rare les nuances complexes de leurs personnages, nous livrant des performances qui restent gravées dans la mémoire.

Chaque visionnage est un pèlerinage à travers les heures sombres et lumineuses de l'existence, une exploration de ce qui nous lie et de ce qui nous sépare. "The Hours" est une œuvre qui réconforte autant qu'elle dérange, qui inspire autant qu'elle attriste. C'est un film pour ceux qui ont aimé, perdu, souffert et espéré. C'est un film pour ceux qui, comme moi, trouvent dans la figure de Virginia Woolf une âme sœur littéraire dont le génie a illuminé le monde tout en étant consumé par ses propres flammes.

Aurore Van Opstal

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page