top of page

Ode à Einstein, compagnon fidèle



Lorsque nos regards se sont croisés pour la première fois,

Déjà, mon univers ne gravitait qu'autour de toi.

Dans tes yeux brillait l'éclat d'un merlan,

Et mon cœur s'attendrit, tel le plus doux flan.


Toison abondante, étoile de fidélité,

Dans chaque fibre, un serment de loyauté.

Tu es le tendre géant de mes jours,

Objet de mon amour sans détours.


Porteur de joie dans les creux de mes tristesses,

Là où les rayons du soleil s'entêtent à fuir l'allégresse.

Indispensable, tu es devenu,

Pour un cœur chahuté, perdu dans les sables mouvants, c'est reconnu.


Einstein, plus qu'un chien, tu es mon salut,

Mon antidépresseur, sur quatre pattes, si élu.

Que ceux qui méprisent ton être,

Devant leur propre reflet, doivent leur courage remettre.


Les yeux d'un animal, véritables miroirs d'amour pur,

Oh, si seulement je pouvais parler canin, c'est sûr,

Je te raconterais, avec ardeur et flamme,

Mon amour éternel, mon âme.


De promenades en soucis de santé,

Ta vie n'est pas qu'une simple gaîté.

Mais ensemble, nous tissons la trame,

D'une force naturelle, d'une flamme.


Je cueillerai pour toi l'os le plus précieux de l'univers,

Pour apaiser ton cœur, mon doux, mon tendre, mon hivers.

Sans les larmes de ta maman,

Qui se demande, trop souvent, quand…


Le jour viendra où tu t'en iras,

Sache que dans mon cœur, tu vivras.

Mon fidèle compagnon,

Ma plus belle union.


Aurore Van Opstal


Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page